Autre

6 bières pour votre amoureux de la bière


Sélections uniques pour votre bière geek valentine

La Saint-Valentin approche à grands pas et le temps de trouver le cadeau parfait pour votre chérie est compté.

Bien sûr, vous pouvez opter pour la boîte de chocolats stéréotypée ou l'ours en peluche à mort, mais si votre personne spéciale est un amateur de bière, vous avez ici une réelle opportunité de la surprendre avec quelque chose de spécial - un vraiment exceptionnel bouteille de bière.

Mais maintenant, la partie délicate commence, car il y a des centaines de milliers d'options parmi lesquelles choisir, et vous cherchez le "Oh mon dieu, comment le saviez-vous ?!" réaction, et non le redoutable « Oh… merci ». Pour vous éviter de vous creuser la tête en vous demandant si Budweiser compte comme une microbrasserie (ce n'est jamais le cas), voici quelques idées pour les meilleures bières possibles pour acheter votre seule et unique obsédée par la bière.

Bien sûr, bien que ces bières soient classées parmi les meilleures au monde, chaque buveur de bière a ses propres favoris, des IPA aux riches stouts, il est donc préférable de connaître ses préférences et de partir de là. N'oubliez pas que faire attention à votre partenaire est ce qui lui montre que vous vous souciez de lui.


Recettes de Sweet Stout et Milk Stout

Les stouts sucrés et les stouts au lait sont des bières de plus en plus populaires qui forment un contrepoint aux stouts irlandais secs. Cette semaine, nous examinons l'histoire de la Sweet Stout, comment la brasser et les recettes pour la préparer.

Histoire de la Sweet and Milk Stout

Le Milk Stout (également appelé Cream ou Sweet Stout) tire ses origines de Porters. Les Strong Porters qui étaient très populaires dans les années 1700 et 8217 étaient souvent étiquetés comme Stout Porter. Finalement, le nom Porter a été abandonné dans les années 1800 pour devenir simplement Stout. Un certain nombre de variantes de stout ont émergé. Les stouts irlandais secs (comme la Guinness) ont repoussé les limites de l'utilisation de malts fortement torréfiés pour créer une saveur de café sec. D'autres variantes de stout telles que la Russian Imperial Stout ont repoussé les limites de la fin maltée ou sucrée. D'autres encore, comme le stout à l'avoine, ont poussé dans d'autres directions.

Le Milk stout et les Sweet stout poussent le côté sucré du spectre en utilisant du lactose – qui est non fermentescible. L'exemple emblématique du stout au lait, le stout de Makeson, a été brassé pour la première fois en 1801 dans le sud du Royaume-Uni. Les stouts au lait étaient largement commercialisés dans les années 1800 comme nutritifs, même pour les mères allaitantes. Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a interdit l'utilisation du mot et de l'imagerie pour le lait en association avec la bière, de nombreux exemples modernes sont donc étiquetés comme Sweet stouts.

Le style Sweet Stout

Les stouts sucrés utilisent des malts torréfiés foncés pour créer la saveur dominante qui est un caractère de chocolat malté, noir et torréfié. Comme le Dry Irish Stout, ils peuvent avoir des saveurs de café torréfié. Contrairement à la Dry Stout, les Sweet stouts ont une douceur moyenne à élevée (malt ou lactose) qui offre un contrepoint à l'amertume du houblon et du malt torréfié. Certaines stouts sucrées (mais pas toutes) contiennent du lactose, un sucre non fermentescible qui améliore la douceur et le corps.

Ces stouts sont corsés et crémeux, et ont de faibles niveaux de carbonatation. La densité d'origine commence à 1,044-1,060 et se termine à 1,012-1,024 pour un alcool de 4 à 6 % en volume. De nombreux exemples anglais utilisent une gravité de départ relativement faible, tandis que les exemples américains ont tendance à être brassés à une gravité de départ plus élevée. Ils ont des esters faibles à moyens et peu ou pas de diacytl.

Ils sont modérément houblonnés à 20-40 IBU pour un rapport d'amertume d'environ 0,6. Le houblon doit équilibrer le malt, mais le houblon n'est pas une saveur majeure dans ce style. La couleur doit aller du brun foncé au noir (30-40 SRM).

Brasser une stout sucrée

Les stouts sucrés commencent par une base de malt anglais pâle qui représente 60 à 80 % de la facture de grain. À cela, nous ajoutons un mélange de malts cristal/caramel (environ 10-15%), et de malts chocolat, noir et torréfié (10% ou plus au total) pour apporter couleur et saveur. Maïs, mélasse, blé ou autres malts décalés sont parfois (bien que rarement) utilisés.

Pour un vrai lait stout, du lactose est souvent ajouté. Étant donné que le lactose est non fermentescible, il confère une douceur distinctive ainsi que du corps à la bière finie.

Les stouts sucrés utilisent traditionnellement la levure de bière anglaise du sud, car c'est là que la bière a été brassée à l'origine. Une levure de bière anglaise à atténuation relativement faible avec des esters modérés tels que White Labs WLP002 ou Wyeast 1092 serait appropriée.

Les variétés de houblon anglais telles que Fuggles, East Kent Goldings ou Columbia sont appropriées, bien que de nombreuses variantes américaines utilisent également des houblons américains populaires. Le houblon doit être principalement ajouté en tant que houblon d'amertume car l'arôme et la saveur du houblon ne sont pas dominants. Le houblon doit équilibrer la douceur de la bière.

La purée d'un stout sucré tout grain doit être fait à l'extrémité supérieure de la plage de température pour améliorer le corps et la douceur résiduelle. Je vais généralement écraser ce style dans la gamme 153-156 F. La fermentation se fait à des températures de bière normales et la bière est conditionnée comme n'importe quel autre Porter ou Stout anglais.

Recettes de Sweet Stout et Milk Stout

Voici quelques recettes des archives de recettes de BeerSmith :

Merci de vous joindre à moi sur le blog BeerSmith. N'oubliez pas de vous inscrire à ma newsletter pour recevoir un article dans votre boîte de réception chaque semaine.


Recettes Sweet Stout et Milk Stout

Les stouts sucrés et les stouts au lait sont des bières de plus en plus populaires qui forment un contrepoint aux stouts irlandais secs. Cette semaine, nous examinons l'histoire de la Sweet Stout, comment la brasser et les recettes pour la préparer.

Histoire de la Sweet and Milk Stout

Le Milk Stout (également appelé Cream ou Sweet Stout) tire ses origines de Porters. Les Strong Porters qui étaient très populaires dans les années 1700 et 8217 étaient souvent étiquetés comme Stout Porter. Finalement, le nom Porter a été abandonné dans les années 1800 pour devenir simplement Stout. Un certain nombre de variantes de stout ont émergé. Les stouts irlandais secs (comme la Guinness) ont repoussé les limites de l'utilisation de malts fortement torréfiés pour créer une saveur de café sec. D'autres variantes de stout telles que la Russian Imperial Stout ont repoussé les limites de la fin maltée ou sucrée. D'autres encore, comme le stout à l'avoine, ont poussé dans d'autres directions.

Milk stout et Sweet stout poussent la partie sucrée du spectre en utilisant du lactose – qui est non fermentescible. L'exemple emblématique du stout au lait, le stout de Makeson, a été brassé pour la première fois en 1801 dans le sud du Royaume-Uni. Les stouts au lait étaient largement commercialisés dans les années 1800 comme nutritifs, même pour les mères allaitantes. Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a interdit l'utilisation du mot et de l'imagerie pour le lait en association avec la bière, de nombreux exemples modernes sont donc étiquetés comme Sweet stouts.

Le style Sweet Stout

Les stouts sucrés utilisent des malts torréfiés foncés pour créer la saveur dominante qui est un caractère de chocolat malté, noir et torréfié. Comme le Dry Irish Stout, ils peuvent avoir des saveurs de café torréfié. Contrairement à la Dry Stout, les Sweet stouts ont une douceur moyenne à élevée (malt ou lactose) qui offre un contrepoint à l'amertume du houblon et du malt torréfié. Certaines stouts sucrées (mais pas toutes) contiennent du lactose, un sucre non fermentescible qui améliore la douceur et le corps.

Ces stouts sont corsés et crémeux, et ont de faibles niveaux de carbonatation. La densité d'origine commence à 1,044-1,060 et se termine à 1,012-1,024 pour un alcool de 4 à 6 % en volume. De nombreux exemples anglais utilisent une gravité de départ relativement faible, tandis que les exemples américains ont tendance à être brassés à une gravité de départ plus élevée. Ils ont des esters faibles à moyens et peu ou pas de diacytl.

Ils sont modérément houblonnés à 20-40 IBU pour un rapport d'amertume d'environ 0,6. Le houblon doit équilibrer le malt, mais le houblon n'est pas une saveur majeure dans ce style. La couleur doit aller du brun foncé au noir (30-40 SRM).

Brasser une stout sucrée

Les stouts sucrés commencent par une base de malt anglais pâle qui représente 60 à 80 % de la facture de grain. À cela, nous ajoutons un mélange de malts cristal/caramel (environ 10-15%), et de malts chocolat, noir et torréfié (10% ou plus au total) pour apporter couleur et saveur. Maïs, mélasse, blé ou autres malts décalés sont parfois (bien que rarement) utilisés.

Pour un vrai lait stout, du lactose est souvent ajouté. Étant donné que le lactose est non fermentescible, il confère une douceur distinctive ainsi que du corps à la bière finie.

Les stouts sucrés utilisent traditionnellement la levure de bière anglaise du sud, car c'est là que la bière a été brassée à l'origine. Une levure de bière anglaise à atténuation relativement faible avec des esters modérés tels que White Labs WLP002 ou Wyeast 1092 serait appropriée.

Les variétés de houblon anglais telles que Fuggles, East Kent Goldings ou Columbia sont appropriées, bien que de nombreuses variantes américaines utilisent également des houblons américains populaires. Le houblon doit être principalement ajouté en tant que houblon d'amertume car l'arôme et la saveur du houblon ne sont pas dominants. Le houblon doit équilibrer la douceur de la bière.

La purée d'un stout sucré tout grain doit être fait à l'extrémité supérieure de la plage de température pour améliorer le corps et la douceur résiduelle. Je vais généralement écraser ce style dans la gamme 153-156 F. La fermentation se fait à des températures de bière normales et la bière est conditionnée comme n'importe quel autre Porter ou Stout anglais.

Recettes Sweet Stout et Milk Stout

Voici quelques recettes des archives de recettes de BeerSmith :

Merci de vous joindre à moi sur le blog BeerSmith. N'oubliez pas de vous inscrire à ma newsletter pour recevoir un article dans votre boîte de réception chaque semaine.


Recettes Sweet Stout et Milk Stout

Les stouts sucrés et les stouts au lait sont des bières de plus en plus populaires qui forment un contrepoint aux stouts irlandais secs. Cette semaine, nous examinons l'histoire de la Sweet Stout, comment la brasser et les recettes pour la préparer.

Histoire de la Sweet and Milk Stout

Le Milk Stout (également appelé Cream ou Sweet Stout) tire ses origines de Porters. Les Strong Porters qui étaient très populaires dans les années 1700 et 8217 étaient souvent étiquetés comme Stout Porter. Finalement, le nom Porter a été abandonné dans les années 1800 pour devenir simplement Stout. Un certain nombre de variantes de stout ont émergé. Les stouts irlandais secs (comme la Guinness) ont repoussé les limites de l'utilisation de malts fortement torréfiés pour créer une saveur de café sec. D'autres variantes de stout telles que la Russian Imperial Stout ont repoussé les limites de la fin maltée ou sucrée. D'autres encore, comme le stout à l'avoine, ont poussé dans d'autres directions.

Le Milk stout et les Sweet stout poussent le côté sucré du spectre en utilisant du lactose – qui est non fermentescible. L'exemple emblématique du stout au lait, le stout de Makeson, a été brassé pour la première fois en 1801 dans le sud du Royaume-Uni. Les stouts au lait étaient largement commercialisés dans les années 1800 comme nutritifs, même pour les mères allaitantes. Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a interdit l'utilisation du mot et de l'imagerie pour le lait en association avec la bière, de nombreux exemples modernes sont donc étiquetés comme Sweet stouts.

Le style Sweet Stout

Les stouts sucrés utilisent des malts torréfiés foncés pour créer la saveur dominante qui est un caractère de chocolat malté, noir et torréfié. Comme le Dry Irish Stout, ils peuvent avoir des saveurs de café torréfié. Contrairement à la Dry Stout, les Sweet stouts ont une douceur moyenne à élevée (malt ou lactose) qui offre un contrepoint à l'amertume du houblon et du malt torréfié. Certaines stouts sucrées (mais pas toutes) contiennent du lactose, un sucre non fermentescible qui améliore la douceur et le corps.

Ces stouts sont corsés et crémeux, et ont de faibles niveaux de carbonatation. La densité d'origine commence à 1,044-1,060 et se termine à 1,012-1,024 pour un alcool de 4 à 6 % en volume. De nombreux exemples anglais utilisent une gravité de départ relativement faible, tandis que les exemples américains ont tendance à être brassés à une gravité de départ plus élevée. Ils ont des esters faibles à moyens et peu ou pas de diacytl.

Ils sont modérément houblonnés à 20-40 IBU pour un rapport d'amertume d'environ 0,6. Le houblon doit équilibrer le malt, mais le houblon n'est pas une saveur majeure dans ce style. La couleur doit aller du brun foncé au noir (30-40 SRM).

Brasser une stout sucrée

Les stouts sucrés commencent par une base de malt anglais pâle qui représente 60 à 80 % de la facture de grain. À cela, nous ajoutons un mélange de malts cristal/caramel (environ 10-15%), et de malts chocolat, noir et torréfié (10% ou plus au total) pour apporter couleur et saveur. Maïs, mélasse, blé ou autres malts décalés sont parfois (bien que rarement) utilisés.

Pour un vrai lait stout, du lactose est souvent ajouté. Étant donné que le lactose est non fermentescible, il confère une douceur distinctive ainsi que du corps à la bière finie.

Les stouts sucrés utilisent traditionnellement la levure de bière anglaise du sud, car c'est là que la bière a été brassée à l'origine. Une levure de bière anglaise à atténuation relativement faible avec des esters modérés tels que White Labs WLP002 ou Wyeast 1092 serait appropriée.

Les variétés de houblon anglais telles que Fuggles, East Kent Goldings ou Columbia sont appropriées, bien que de nombreuses variantes américaines utilisent également des houblons américains populaires. Le houblon doit être principalement ajouté en tant que houblon d'amertume car l'arôme et la saveur du houblon ne sont pas dominants. Le houblon doit équilibrer la douceur de la bière.

La purée d'un stout sucré tout grain doit être fait à l'extrémité supérieure de la plage de température pour améliorer le corps et la douceur résiduelle. Je vais généralement écraser ce style dans la gamme 153-156 F. La fermentation se fait à des températures de bière normales et la bière est conditionnée comme n'importe quel autre Porter ou Stout anglais.

Recettes de Sweet Stout et Milk Stout

Voici quelques recettes des archives de recettes de BeerSmith :

Merci de vous joindre à moi sur le blog BeerSmith. N'oubliez pas de vous inscrire à ma newsletter pour recevoir un article dans votre boîte de réception chaque semaine.


Recettes de Sweet Stout et Milk Stout

Les stouts sucrés et les stouts au lait sont des bières de plus en plus populaires qui forment un contrepoint aux stouts irlandais secs. Cette semaine, nous examinons l'histoire de la Sweet Stout, comment la brasser et les recettes pour la préparer.

Histoire de la Sweet and Milk Stout

Le Milk Stout (également appelé Cream ou Sweet Stout) tire ses origines de Porters. Les Strong Porters qui étaient très populaires dans les années 1700 et 8217 étaient souvent étiquetés comme Stout Porter. Finalement, le nom Porter a été abandonné dans les années 1800 pour devenir simplement Stout. Un certain nombre de variantes de stout ont émergé. Les stouts irlandais secs (comme la Guinness) ont repoussé les limites de l'utilisation de malts fortement torréfiés pour créer une saveur de café sec. D'autres variantes de stout telles que la Russian Imperial Stout ont repoussé les limites de la fin maltée ou sucrée. D'autres encore, comme le stout à l'avoine, ont poussé dans d'autres directions.

Le Milk stout et les Sweet stout poussent le côté sucré du spectre en utilisant du lactose – qui est non fermentescible. L'exemple emblématique du stout au lait, le stout de Makeson, a été brassé pour la première fois en 1801 dans le sud du Royaume-Uni. Les stouts au lait étaient largement commercialisés dans les années 1800 comme nutritifs, même pour les mères allaitantes. Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a interdit l'utilisation du mot et de l'imagerie pour le lait en association avec la bière, de nombreux exemples modernes sont donc étiquetés comme Sweet stouts.

Le style Sweet Stout

Les stouts sucrés utilisent des malts torréfiés foncés pour créer la saveur dominante qui est un caractère de chocolat malté, noir et torréfié. Comme le Dry Irish Stout, ils peuvent avoir des saveurs de café torréfié. Contrairement à la Dry Stout, les Sweet stouts ont une douceur moyenne à élevée (malt ou lactose) qui offre un contrepoint à l'amertume du houblon et du malt torréfié. Certaines stouts sucrées (mais pas toutes) contiennent du lactose, un sucre non fermentescible qui améliore la douceur et le corps.

Ces stouts sont corsés et crémeux, et ont de faibles niveaux de carbonatation. La densité d'origine commence à 1,044-1,060 et se termine à 1,012-1,024 pour un alcool de 4 à 6 % en volume. De nombreux exemples anglais utilisent une gravité de départ relativement faible, tandis que les exemples américains ont tendance à être brassés à une gravité de départ plus élevée. Ils ont des esters faibles à moyens et peu ou pas de diacytl.

Ils sont modérément houblonnés à 20-40 IBU pour un rapport d'amertume d'environ 0,6. Le houblon doit équilibrer le malt, mais le houblon n'est pas une saveur majeure dans ce style. La couleur doit aller du brun foncé au noir (30-40 SRM).

Brasser une stout sucrée

Les stouts sucrés commencent par une base de malt anglais pâle qui représente 60 à 80 % de la facture de grain. À cela, nous ajoutons un mélange de malts cristal/caramel (environ 10-15%), et de malts chocolat, noir et torréfié (10% ou plus au total) pour apporter couleur et saveur. Maïs, mélasse, blé ou autres malts décalés sont parfois (bien que rarement) utilisés.

Pour un vrai lait stout, du lactose est souvent ajouté. Étant donné que le lactose est non fermentescible, il confère une douceur distinctive ainsi que du corps à la bière finie.

Les stouts sucrés utilisent traditionnellement la levure de bière anglaise du sud, car c'est là que la bière a été brassée à l'origine. Une levure de bière anglaise à atténuation relativement faible avec des esters modérés tels que White Labs WLP002 ou Wyeast 1092 serait appropriée.

Les variétés de houblon anglais telles que Fuggles, East Kent Goldings ou Columbia sont appropriées, bien que de nombreuses variantes américaines utilisent également des houblons américains populaires. Le houblon doit être principalement ajouté en tant que houblon d'amertume, car l'arôme et la saveur du houblon ne sont pas dominants. Le houblon doit équilibrer la douceur de la bière.

La purée d'un stout sucré tout grain doit être fait à l'extrémité supérieure de la plage de température pour améliorer le corps et la douceur résiduelle. Je vais généralement écraser ce style dans la gamme 153-156 F. La fermentation se fait à des températures de bière normales et la bière est conditionnée comme n'importe quel autre Porter ou Stout anglais.

Recettes de Sweet Stout et Milk Stout

Voici quelques recettes des archives de recettes de BeerSmith :

Merci de vous joindre à moi sur le blog BeerSmith. N'oubliez pas de vous inscrire à ma newsletter pour recevoir un article dans votre boîte de réception chaque semaine.


Recettes de Sweet Stout et Milk Stout

Les stouts sucrés et les stouts au lait sont des bières de plus en plus populaires qui forment un contrepoint aux stouts irlandais secs. Cette semaine, nous examinons l'histoire de la Sweet Stout, comment la brasser et les recettes pour la préparer.

Histoire de la Sweet and Milk Stout

Le Milk Stout (également appelé Cream ou Sweet Stout) tire ses origines de Porters. Les Strong Porters qui étaient très populaires dans les années 1700 et 8217 étaient souvent étiquetés comme Stout Porter. Finalement, le nom Porter a été abandonné dans les années 1800 pour devenir simplement Stout. Un certain nombre de variantes de stout ont émergé. Les stouts irlandais secs (comme la Guinness) ont repoussé les limites de l'utilisation de malts fortement torréfiés pour créer une saveur de café sec. D'autres variantes de stout telles que la Russian Imperial Stout ont repoussé les limites de la fin maltée ou sucrée. D'autres encore, comme le stout à l'avoine, ont poussé dans d'autres directions.

Milk stout et Sweet stout poussent la partie sucrée du spectre en utilisant du lactose – qui est non fermentescible. L'exemple emblématique du stout au lait, le stout de Makeson, a été brassé pour la première fois en 1801 dans le sud du Royaume-Uni. Les stouts au lait étaient largement commercialisés dans les années 1800 comme nutritifs, même pour les mères allaitantes. Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a interdit l'utilisation du mot et de l'imagerie pour le lait en association avec la bière, de nombreux exemples modernes sont donc étiquetés comme Sweet stouts.

Le style Sweet Stout

Les stouts sucrés utilisent des malts torréfiés foncés pour créer la saveur dominante qui est un caractère de chocolat malté, noir et torréfié. Comme le Dry Irish Stout, ils peuvent avoir des saveurs de café torréfié. Contrairement à la Dry Stout, les Sweet stouts ont une douceur moyenne à élevée (malt ou lactose) qui offre un contrepoint à l'amertume du houblon et du malt torréfié. Certaines stouts sucrées (mais pas toutes) contiennent du lactose, un sucre non fermentescible qui améliore la douceur et le corps.

Ces stouts sont corsés et crémeux, et ont de faibles niveaux de carbonatation. La densité d'origine commence à 1,044-1,060 et se termine à 1,012-1,024 pour un alcool de 4 à 6 % en volume. De nombreux exemples anglais utilisent une gravité de départ relativement faible, tandis que les exemples américains ont tendance à être brassés à une gravité de départ plus élevée. Ils ont des esters faibles à moyens et peu ou pas de diacytl.

Ils sont modérément houblonnés à 20-40 IBU pour un rapport d'amertume d'environ 0,6. Le houblon doit équilibrer le malt, mais le houblon n'est pas une saveur majeure dans ce style. La couleur doit aller du brun foncé au noir (30-40 SRM).

Brasser une stout sucrée

Les stouts sucrés commencent par une base de malt anglais pâle qui représente 60 à 80 % de la facture de grain. À cela, nous ajoutons un mélange de malts cristal/caramel (environ 10-15%), et de malts chocolat, noir et torréfié (10% ou plus au total) pour apporter couleur et saveur. Maïs, mélasse, blé ou autres malts décalés sont parfois (bien que rarement) utilisés.

Pour un vrai lait stout, du lactose est souvent ajouté. Étant donné que le lactose est non fermentescible, il confère une douceur distinctive ainsi que du corps à la bière finie.

Les stouts sucrés utilisent traditionnellement la levure de bière anglaise du sud, car c'est là que la bière a été brassée à l'origine. Une levure de bière anglaise à atténuation relativement faible avec des esters modérés tels que White Labs WLP002 ou Wyeast 1092 serait appropriée.

Les variétés de houblon anglais telles que Fuggles, East Kent Goldings ou Columbia sont appropriées, bien que de nombreuses variantes américaines utilisent également des houblons américains populaires. Le houblon doit être principalement ajouté en tant que houblon d'amertume, car l'arôme et la saveur du houblon ne sont pas dominants. Le houblon doit équilibrer la douceur de la bière.

La purée d'un stout sucré tout grain doit être fait à l'extrémité supérieure de la plage de température pour améliorer le corps et la douceur résiduelle. Je vais généralement écraser ce style dans la gamme 153-156 F. La fermentation se fait à des températures de bière normales et la bière est conditionnée comme n'importe quel autre Porter ou Stout anglais.

Recettes de Sweet Stout et Milk Stout

Voici quelques recettes des archives de recettes de BeerSmith :

Merci de vous joindre à moi sur le blog BeerSmith. N'oubliez pas de vous inscrire à ma newsletter pour recevoir un article dans votre boîte de réception chaque semaine.


Recettes de Sweet Stout et Milk Stout

Les stouts sucrés et les stouts au lait sont des bières de plus en plus populaires qui forment un contrepoint aux stouts irlandais secs. Cette semaine, nous examinons l'histoire de la Sweet Stout, comment la brasser et les recettes pour la préparer.

Histoire de la Sweet and Milk Stout

Le Milk Stout (également appelé Cream ou Sweet Stout) tire ses origines de Porters. Les Strong Porters qui étaient très populaires dans les années 1700 et 8217 étaient souvent étiquetés comme Stout Porter. Finalement, le nom Porter a été abandonné dans les années 1800 pour devenir simplement Stout. Un certain nombre de variantes de stout ont émergé. Les stouts irlandais secs (comme la Guinness) ont repoussé les limites de l'utilisation de malts fortement torréfiés pour créer une saveur de café sec. D'autres variantes de stout telles que la Russian Imperial Stout ont repoussé les limites de la fin maltée ou sucrée. D'autres encore, comme le stout à l'avoine, ont poussé dans d'autres directions.

Milk stout et Sweet stout poussent la partie sucrée du spectre en utilisant du lactose – qui est non fermentescible. L'exemple emblématique du stout au lait, le stout de Makeson, a été brassé pour la première fois en 1801 dans le sud du Royaume-Uni. Les stouts au lait étaient largement commercialisés dans les années 1800 comme nutritifs, même pour les mères allaitantes. Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a interdit l'utilisation du mot et de l'imagerie pour le lait en association avec la bière, de nombreux exemples modernes sont donc étiquetés comme Sweet stouts.

Le style Sweet Stout

Les stouts sucrés utilisent des malts torréfiés foncés pour créer la saveur dominante qui est un caractère de chocolat malté, noir et torréfié. Comme le Dry Irish Stout, ils peuvent avoir des saveurs de café torréfié. Contrairement à la Dry Stout, les Sweet stouts ont une douceur moyenne à élevée (malt ou lactose) qui offre un contrepoint à l'amertume du houblon et du malt torréfié. Certaines stouts sucrées (mais pas toutes) contiennent du lactose, un sucre non fermentescible qui améliore la douceur et le corps.

Ces stouts sont corsés et crémeux, et ont de faibles niveaux de carbonatation. La densité d'origine commence à 1,044-1,060 et se termine à 1,012-1,024 pour un alcool de 4 à 6 % en volume. De nombreux exemples anglais utilisent une gravité de départ relativement faible, tandis que les exemples américains ont tendance à être brassés à une gravité de départ plus élevée. Ils ont des esters faibles à moyens et peu ou pas de diacytl.

Ils sont modérément houblonnés à 20-40 IBU pour un rapport d'amertume d'environ 0,6. Le houblon doit équilibrer le malt, mais le houblon n'est pas une saveur majeure dans ce style. La couleur doit aller du brun foncé au noir (30-40 SRM).

Brasser une stout sucrée

Les stouts sucrés commencent par une base de malt anglais pâle qui représente 60 à 80 % de la facture de grain. À cela, nous ajoutons un mélange de malts cristal/caramel (environ 10-15%), et de malts chocolat, noir et torréfié (10% ou plus au total) pour apporter couleur et saveur. Maïs, mélasse, blé ou autres malts décalés sont parfois (bien que rarement) utilisés.

Pour un vrai lait stout, du lactose est souvent ajouté. Étant donné que le lactose est non fermentescible, il confère une douceur distinctive ainsi que du corps à la bière finie.

Les stouts sucrés utilisent traditionnellement la levure de bière anglaise du sud, car c'est là que la bière a été brassée à l'origine. Une levure de bière anglaise à atténuation relativement faible avec des esters modérés tels que White Labs WLP002 ou Wyeast 1092 serait appropriée.

Les variétés de houblon anglais telles que Fuggles, East Kent Goldings ou Columbia sont appropriées, bien que de nombreuses variantes américaines utilisent également des houblons américains populaires. Le houblon doit être principalement ajouté en tant que houblon d'amertume, car l'arôme et la saveur du houblon ne sont pas dominants. Le houblon doit équilibrer la douceur de la bière.

La purée d'un stout sucré tout grain doit être fait à l'extrémité supérieure de la plage de température pour améliorer le corps et la douceur résiduelle. Je vais généralement écraser ce style dans la gamme 153-156 F. La fermentation se fait à des températures de bière normales et la bière est conditionnée comme n'importe quel autre Porter ou Stout anglais.

Recettes Sweet Stout et Milk Stout

Voici quelques recettes des archives de recettes de BeerSmith :

Merci de vous joindre à moi sur le blog BeerSmith. N'oubliez pas de vous inscrire à ma newsletter pour recevoir un article dans votre boîte de réception chaque semaine.


Recettes Sweet Stout et Milk Stout

Les stouts sucrés et les stouts au lait sont des bières de plus en plus populaires qui forment un contrepoint aux stouts irlandais secs. Cette semaine, nous examinons l'histoire de la Sweet Stout, comment la brasser et les recettes pour la préparer.

Histoire de la Sweet and Milk Stout

Le Milk Stout (également appelé Cream ou Sweet Stout) tire ses origines de Porters. Les Strong Porters qui étaient très populaires dans les années 1700 et 8217 étaient souvent étiquetés comme Stout Porter. Finalement, le nom Porter a été abandonné dans les années 1800 pour devenir simplement Stout. Un certain nombre de variantes de stout ont émergé. Les stouts irlandais secs (comme la Guinness) ont repoussé les limites de l'utilisation de malts fortement torréfiés pour créer une saveur de café sec. D'autres variantes de stout telles que la Russian Imperial Stout ont repoussé les limites de la fin maltée ou sucrée. D'autres encore, comme le stout à l'avoine, ont poussé dans d'autres directions.

Milk stout et Sweet stout poussent la partie sucrée du spectre en utilisant du lactose – qui est non fermentescible. L'exemple emblématique du stout au lait, le stout de Makeson, a été brassé pour la première fois en 1801 dans le sud du Royaume-Uni. Les stouts au lait étaient largement commercialisés dans les années 1800 comme nutritifs, même pour les mères allaitantes. Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a interdit l'utilisation du mot et de l'imagerie pour le lait en association avec la bière, de nombreux exemples modernes sont donc étiquetés comme Sweet stouts.

Le style Sweet Stout

Les stouts sucrés utilisent des malts torréfiés foncés pour créer la saveur dominante qui est un caractère de chocolat malté, noir et torréfié. Comme le Dry Irish Stout, ils peuvent avoir des saveurs de café torréfié. Contrairement à la Dry Stout, les Sweet stouts ont une douceur moyenne à élevée (malt ou lactose) qui offre un contrepoint à l'amertume du houblon et du malt torréfié. Certaines stouts sucrées (mais pas toutes) contiennent du lactose, un sucre non fermentescible qui améliore la douceur et le corps.

Ces stouts sont corsés et crémeux, et ont de faibles niveaux de carbonatation. La densité d'origine commence à 1,044-1,060 et se termine à 1,012-1,024 pour un alcool de 4 à 6 % en volume. De nombreux exemples anglais utilisent une gravité de départ relativement faible, tandis que les exemples américains ont tendance à être brassés à une gravité de départ plus élevée. Ils ont des esters faibles à moyens et peu ou pas de diacytl.

Ils sont modérément houblonnés à 20-40 IBU pour un rapport d'amertume d'environ 0,6. Le houblon doit équilibrer le malt, mais le houblon n'est pas une saveur majeure dans ce style. La couleur doit aller du brun foncé au noir (30-40 SRM).

Brasser une stout sucrée

Les stouts sucrés commencent par une base de malt anglais pâle qui représente 60 à 80 % de la facture de grain. À cela, nous ajoutons un mélange de malts cristal/caramel (environ 10-15%), et de malts chocolat, noir et torréfié (10% ou plus au total) pour apporter couleur et saveur. Maïs, mélasse, blé ou autres malts décalés sont parfois (bien que rarement) utilisés.

Pour un vrai lait stout, du lactose est souvent ajouté. Étant donné que le lactose est non fermentescible, il confère une douceur distinctive ainsi que du corps à la bière finie.

Les stouts sucrés utilisent traditionnellement la levure de bière anglaise du sud, car c'est là que la bière a été brassée à l'origine. Une levure de bière anglaise à atténuation relativement faible avec des esters modérés tels que White Labs WLP002 ou Wyeast 1092 serait appropriée.

Les variétés de houblon anglais telles que Fuggles, East Kent Goldings ou Columbia sont appropriées, bien que de nombreuses variantes américaines utilisent également des houblons américains populaires. Le houblon doit être principalement ajouté en tant que houblon d'amertume, car l'arôme et la saveur du houblon ne sont pas dominants. Le houblon doit équilibrer la douceur de la bière.

La purée d'un stout sucré tout grain doit être fait à l'extrémité supérieure de la plage de température pour améliorer le corps et la douceur résiduelle. Je vais généralement écraser ce style dans la gamme 153-156 F. La fermentation se fait à des températures de bière normales et la bière est conditionnée comme n'importe quel autre Porter ou Stout anglais.

Recettes de Sweet Stout et Milk Stout

Voici quelques recettes des archives de recettes de BeerSmith :

Merci de vous joindre à moi sur le blog BeerSmith. N'oubliez pas de vous inscrire à ma newsletter pour recevoir un article dans votre boîte de réception chaque semaine.


Recettes Sweet Stout et Milk Stout

Les stouts sucrés et les stouts au lait sont des bières de plus en plus populaires qui forment un contrepoint aux stouts irlandais secs. Cette semaine, nous examinons l'histoire de la Sweet Stout, comment la brasser et les recettes pour la préparer.

Histoire de la Sweet and Milk Stout

Le Milk Stout (également appelé Cream ou Sweet Stout) tire ses origines de Porters. Les Strong Porters qui étaient très populaires dans les années 1700 et 8217 étaient souvent étiquetés comme Stout Porter. Finalement, le nom Porter a été abandonné dans les années 1800 pour devenir simplement Stout. Un certain nombre de variantes de stout ont émergé. Les stouts irlandais secs (comme la Guinness) ont repoussé les limites de l'utilisation de malts fortement torréfiés pour créer une saveur de café sec. D'autres variantes de stout telles que la Russian Imperial Stout ont repoussé les limites de la fin maltée ou sucrée. D'autres encore, comme le stout à l'avoine, ont poussé dans d'autres directions.

Le Milk stout et les Sweet stout poussent le côté sucré du spectre en utilisant du lactose – qui est non fermentescible. L'exemple emblématique du stout au lait, le stout de Makeson, a été brassé pour la première fois en 1801 dans le sud du Royaume-Uni. Les stouts au lait étaient largement commercialisés dans les années 1800 comme nutritifs, même pour les mères allaitantes. Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a interdit l'utilisation du mot et de l'imagerie pour le lait en association avec la bière, de nombreux exemples modernes sont donc étiquetés comme Sweet stouts.

Le style Sweet Stout

Les stouts sucrés utilisent des malts torréfiés foncés pour créer la saveur dominante qui est un caractère de chocolat malté, noir et torréfié. Comme le Dry Irish Stout, ils peuvent avoir des saveurs de café torréfié. Contrairement à la Dry Stout, les Sweet stouts ont une douceur moyenne à élevée (malt ou lactose) qui offre un contrepoint à l'amertume du houblon et du malt torréfié. Certaines stouts sucrées (mais pas toutes) contiennent du lactose, un sucre non fermentescible qui améliore la douceur et le corps.

Ces stouts sont corsés et crémeux, et ont de faibles niveaux de carbonatation. La densité d'origine commence à 1,044-1,060 et se termine à 1,012-1,024 pour un alcool de 4 à 6 % en volume. De nombreux exemples anglais utilisent une gravité de départ relativement faible, tandis que les exemples américains ont tendance à être brassés à une gravité de départ plus élevée. Ils ont des esters faibles à moyens et peu ou pas de diacytl.

They are moderatly hopped at 20-40 IBUs for a bitterness ratio of around 0.6. The hops should balance the malt, but hops is not a major flavor in this style. The color should be dark brown to black (30-40 SRM).

Brewing a Sweet Stout

Sweet stouts start with an English Pale Malt base which makes up 60-80% of the grain bill. To that, we add a mix of crystal/caramel malts (roughly 10-15%), and chocolate, black and roasted malts (10% or more in total) to provide color and flavor. Corn, treacle, wheat or other off-beat malts are sometimes (though rarely) used.

For a true milk stout, lactose is often added. Since Lactose is unfermentable it provides a distinctive sweetness as well as body for the finished beer.

Sweet stouts traditionally use Southern English ale yeast as this is where the beer was originally brewed. A relatively low attenuation English ale yeast with moderate esters such as White Labs WLP002 or Wyeast 1092 would be appropriate.

English hop varieties such as Fuggles, East Kent Goldings, or Columbia are appropriate, though many US variations also use popular American hops. The hops should primarily be added as bitterness hops since hop aroma and flavor is not dominant. Hops should balance the sweetness of the beer.

Mashing an all grain sweet stout should be done at the higher end of the temperature range to enhance body and residual sweetness. I will typically mash this style in the 153-156 F range. Fermentation is done at normal ale temperatures and the beer is conditioned as any other English Porter or Stout.

Sweet Stout and Milk Stout Recipes

Here are some recipes from the BeerSmith recipe archive:

Thank you for joining me on the BeerSmith Blog. Please be sure to subscribe to my newsletter to get an article delivered to your inbox every week.


Sweet Stout and Milk Stout Recipes

Sweet stout and milk stouts are increasingly popular beers that form a counterpoint to Dry Irish Stouts. This week we take a look at the history of Sweet Stout, how to brew it and recipes for making it.

History of Sweet and Milk Stout

Milk Stout (also called Cream or Sweet Stout) traces its origins back to Porters. Strong Porters which were widely popular in the 1700’s were often labeled as Stout Porter. Eventually the Porter name was dropped in the 1800’s to become simply Stout. A number of variations of stout emerged. Dry Irish stouts (like Guinness) pushed the limits of using heavily roasted malts to create a dry coffee-like flavor. Other stout variations such as Russian Imperial Stout pushed the limits on the malty or sweet end. Still others, like Oatmeal stout pushed in other directions.

Milk stout and Sweet stouts push the sweet end of the spectrum by using lactose – which is unfermentable. The iconic example of milk stout, Makeson’s stout, was first brewed in 1801 in the Southern United Kingdom. Milk stouts were widely marketed in the 1800’s as nutritious – even to nursing mothers. After World War II, the UK outlawed the use of the word and imagery for milk in association with beer, so many modern examples are labeled as Sweet stouts.

The Sweet Stout Style

Sweet stouts use dark roasted malts to create the dominant flavor which is a malty, dark, roasted chocolate character. Like Dry Irish Stout, they may have roast coffee-like flavors. Unlike Dry Stout, Sweet stouts have a medium to high sweetness (malt or lactose) that provides a counterpoint to the bitterness of hops and roast malt. Some (though not all) sweet stouts include lactose, an unfermentable sugar that enhances sweetness and body.

These stouts are full bodied and creamy, and have low levels of carbonation. Original gravity starts at 1.044-1.060 and finishes at 1.012-1.024 for a 4-6% alcohol by volume. Many English examples use a relatively low starting gravity, while US examples tend to be brewed at a higher starting gravity. They have low to medium esters and little to no diacytl.

They are moderatly hopped at 20-40 IBUs for a bitterness ratio of around 0.6. The hops should balance the malt, but hops is not a major flavor in this style. The color should be dark brown to black (30-40 SRM).

Brewing a Sweet Stout

Sweet stouts start with an English Pale Malt base which makes up 60-80% of the grain bill. To that, we add a mix of crystal/caramel malts (roughly 10-15%), and chocolate, black and roasted malts (10% or more in total) to provide color and flavor. Corn, treacle, wheat or other off-beat malts are sometimes (though rarely) used.

For a true milk stout, lactose is often added. Since Lactose is unfermentable it provides a distinctive sweetness as well as body for the finished beer.

Sweet stouts traditionally use Southern English ale yeast as this is where the beer was originally brewed. A relatively low attenuation English ale yeast with moderate esters such as White Labs WLP002 or Wyeast 1092 would be appropriate.

English hop varieties such as Fuggles, East Kent Goldings, or Columbia are appropriate, though many US variations also use popular American hops. The hops should primarily be added as bitterness hops since hop aroma and flavor is not dominant. Hops should balance the sweetness of the beer.

Mashing an all grain sweet stout should be done at the higher end of the temperature range to enhance body and residual sweetness. I will typically mash this style in the 153-156 F range. Fermentation is done at normal ale temperatures and the beer is conditioned as any other English Porter or Stout.

Sweet Stout and Milk Stout Recipes

Here are some recipes from the BeerSmith recipe archive:

Thank you for joining me on the BeerSmith Blog. Please be sure to subscribe to my newsletter to get an article delivered to your inbox every week.


Sweet Stout and Milk Stout Recipes

Sweet stout and milk stouts are increasingly popular beers that form a counterpoint to Dry Irish Stouts. This week we take a look at the history of Sweet Stout, how to brew it and recipes for making it.

History of Sweet and Milk Stout

Milk Stout (also called Cream or Sweet Stout) traces its origins back to Porters. Strong Porters which were widely popular in the 1700’s were often labeled as Stout Porter. Eventually the Porter name was dropped in the 1800’s to become simply Stout. A number of variations of stout emerged. Dry Irish stouts (like Guinness) pushed the limits of using heavily roasted malts to create a dry coffee-like flavor. Other stout variations such as Russian Imperial Stout pushed the limits on the malty or sweet end. Still others, like Oatmeal stout pushed in other directions.

Milk stout and Sweet stouts push the sweet end of the spectrum by using lactose – which is unfermentable. The iconic example of milk stout, Makeson’s stout, was first brewed in 1801 in the Southern United Kingdom. Milk stouts were widely marketed in the 1800’s as nutritious – even to nursing mothers. After World War II, the UK outlawed the use of the word and imagery for milk in association with beer, so many modern examples are labeled as Sweet stouts.

The Sweet Stout Style

Sweet stouts use dark roasted malts to create the dominant flavor which is a malty, dark, roasted chocolate character. Like Dry Irish Stout, they may have roast coffee-like flavors. Unlike Dry Stout, Sweet stouts have a medium to high sweetness (malt or lactose) that provides a counterpoint to the bitterness of hops and roast malt. Some (though not all) sweet stouts include lactose, an unfermentable sugar that enhances sweetness and body.

These stouts are full bodied and creamy, and have low levels of carbonation. Original gravity starts at 1.044-1.060 and finishes at 1.012-1.024 for a 4-6% alcohol by volume. Many English examples use a relatively low starting gravity, while US examples tend to be brewed at a higher starting gravity. They have low to medium esters and little to no diacytl.

They are moderatly hopped at 20-40 IBUs for a bitterness ratio of around 0.6. The hops should balance the malt, but hops is not a major flavor in this style. The color should be dark brown to black (30-40 SRM).

Brewing a Sweet Stout

Sweet stouts start with an English Pale Malt base which makes up 60-80% of the grain bill. To that, we add a mix of crystal/caramel malts (roughly 10-15%), and chocolate, black and roasted malts (10% or more in total) to provide color and flavor. Corn, treacle, wheat or other off-beat malts are sometimes (though rarely) used.

For a true milk stout, lactose is often added. Since Lactose is unfermentable it provides a distinctive sweetness as well as body for the finished beer.

Sweet stouts traditionally use Southern English ale yeast as this is where the beer was originally brewed. A relatively low attenuation English ale yeast with moderate esters such as White Labs WLP002 or Wyeast 1092 would be appropriate.

English hop varieties such as Fuggles, East Kent Goldings, or Columbia are appropriate, though many US variations also use popular American hops. The hops should primarily be added as bitterness hops since hop aroma and flavor is not dominant. Hops should balance the sweetness of the beer.

Mashing an all grain sweet stout should be done at the higher end of the temperature range to enhance body and residual sweetness. I will typically mash this style in the 153-156 F range. Fermentation is done at normal ale temperatures and the beer is conditioned as any other English Porter or Stout.

Sweet Stout and Milk Stout Recipes

Here are some recipes from the BeerSmith recipe archive:

Thank you for joining me on the BeerSmith Blog. Please be sure to subscribe to my newsletter to get an article delivered to your inbox every week.


Voir la vidéo: PICON MON AMOUR - 3-0 Live 2017 (Novembre 2021).